Sécurité à Grenoble : de nouveaux effectifs de police grâce au gouvernement

Dès le début de mon mandat j’ai avec mon collègue Olivier Véran alerté le gouvernement sur la situation spécifique de Grenoble en matière de Sécurité (Cf communiqué conjoint du 15/09/2017). Nous avions proposé également que Grenoble soit parmi les premières villes à expérimenter le déploiement du dispositif Quartier de Reconquête Républicaine.

Lors de son lancement en février 2018, le ministre de l’intérieur précisait bien que l’expérimentation devait se faire en coopération avec les maires, premier Officier de Police Judiciaire de la ville et interlocuteur privilégié des habitants en matière de sécurité locale. Hors, force était de constater qu’à Grenoble, les conditions n’étaient pas réunies, le maire se contentant jusque là de dire que la sécurité n’était pas de sa responsabilité mais de celle de l’Etat et s’obstinant à restreindre l’action de la police municipale ou l’usage de la vidéo-protection.

Il aura fallu les événements de l’été 2018 et nos appels répétés (Cf communiqués du 8/02/18, 9/08/2018 et 10/02/2019) pour que le maire assume enfin ses responsabilités et que les conditions soient enfin réunies pour le déploiement du dispositif Quartier de Reconquête Républicaine à Grenoble. Le ministre de l’intérieur avait alors annoncé en septembre 2018, de nouveaux renforts pour Grenoble ainsi que la création d’une cellule anti-drogue. Le gouvernement classait également la Circonscription de Sécurité Publique de Grenoble “zone difficile”, permettant ainsi une meilleure reconnaissance des conditions de travail des policiers. C’est un engagement sans précédent de l’Etat pour la sécurité de notre ville!

Alors que la dernière vague de renfort de police arrive à Grenoble en ce mois de septembre, le maire de Grenoble cherche à s’attribuer les mérites de cet engagement du gouvernement. La réalité on l’aura compris est tout autre: ce n’est pas grâce à lui que ces renforts sont là aujourd’hui, mais à cause de lui que Grenoble n’a pas pu les obtenir plus tôt. Je déplore cette attitude qui ne sert aucunement l’intérêt de Grenoble et des Grenoblois. Je resterai vigilante à ce que notre territoire puisse au contraire coopérer avec le gouvernement de manière sereine et exigeante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *