Loi anti-casseurs, de quoi parle-t-on ?

Qui n’a pas été choqué par la mise à sac de l’Arc de Triomphe en décembre dernier, par les dégradations de l’espace public ou de biens privés, d’atteintes graves aux personnes ou aux forces de l’ordre ? C’est un fait que rarement dans notre pays nous avons connu des faits de violence d’une telle ampleur et d’une telle gravité dans le cadre de mouvements sociaux.

Certains élus, oubliant tout sens des responsabilités, sont allés jusqu’à s’enthousiasmer de ces violences. Pour ma part j’ai été profondément choquée. Profondément choquée par la menace que ces violences représentaient pour nos institutions et nos libertés, la sécurité de nos concitoyens et de nos forces de l’ordre, mais aussi par leur détournement abject des revendications légitimes des Français qui souhaitent manifester pacifiquement.

Aujourd’hui, après avoir soufflé sur les braises du chaos, certains voudraient faire croire à une dérive autoritaire de l’Etat. La démagogie est tout ce qu’il leur reste. La loi dite « anti-casseurs » n’est pas plus un acte liberticide ou totalitaire que la France va céder l’Alsace et la Lorraine à l’Allemagne !

Car de quoi parle-t-on dans le texte que l’Assemblée nationale a adopté cette semaine, sinon de permettre aux Français qui le souhaitent de manifester en toute sécurité, sans crainte que des individus violents ne tentent de détourner ou d’occulter leurs revendications démocratiques ?

L’article 2 tant décrié établi ainsi que le préfet peut interdire à un individu de prendre part à une manifestation dans le cas avéré où il a déjà commis des faits de violence dans une manifestation. Cette disposition est assortie d’un délai minimum de 48h ainsi que de la possibilité dans ce même délai pour la personne concernée de recourir au juge administratif. En aucun cas l’autorité administrative qu’est le préfet ne pourra empêcher arbitrairement quelqu’un d’exercer son droit de manifester. Il pourra en revanche prévenir de nouvelles situations de violence.

L’arbitraire est dans le camp des casseurs. Ils sont la menace à notre démocratie. La dérive autocratique consisterait à les laisser faire ; ce à quoi cette majorité se refuse. Voter contre ce texte, à l’instar du Front national, revient à protéger les casseurs, et à menacer la liberté de manifester.

 

Lire la proposition de loi :

https://www.senat.fr/leg/ppl18-286.html

https://www.gouvernement.fr/loi-anti-casseurs-prevenir-les-violences-lors-des-manifestations-et-sanctionner-leurs-auteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *