La lutte conte les violences faites aux femmes est l’affaire de tous !

Alors que le Président de la République a fait de l’égalité femme-homme la Grande cause du quinquennat, le Gouvernement intensifie son action pour lutter  contre les violences conjugales et plus généralement sur les violences sexuelles et sexistes exercées à l’encontre des femmes.

Depuis le début de cette année 101 femmes sont décédées à la suite des coups ou de tirs portés par leur conjoint; cela est non seulement terriblement choquant mais aussi simplement inacceptable!

C’est pourquoi je soutiens pleinement l’action menée par le Gouvernement sous la conduite de Marlène SCHIAPPA, Secrétaire d’Etat chargé de l’Egalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations.

Depuis 2017, le gouvernement a déjà pris un grand nombre de mesures, parmi elles :

  • Création d’une plateforme de signalement en ligne, disponible 24h/24 et 7 jours sur 7 pour permettre aux victimes et aux témoins de s’adresser directement à des policiers et des gendarmes formés aux violences sexuelles et sexistes (http://signalement-violences-sexuelles-sexistes.gouv.fr/) ;
  • Engagement de contrats locaux dans chaque département contre les violences pour mieux partager les alertes et intervenir avant qu’il ne soit trop tard ;
  • Campagne de valorisation du numéro d’écoute national, le 3919
  • Mise en place d’une grande campagne de communication à hauteur de 4 millions d’euros en direction des témoins, acteurs essentiels de la lutte contre ce fléau ;
  • Circulaire du 9 mai 2019 de la ministre de la justice relative à l’amélioration du traitement des violences conjugales et à la protection des victimes
  • Sans oublier bien sûr la loi du 3 août 2018 renforçant la lutte contre les violences sexistes et sexuelles afin de compléter l’arsenal législatif ; ce texte crée notamment la contravention pour outrage sexiste

Grenelle contre les violences conjugales

Pour aller plus loin et apporter d’autres réponses concrètes, le Gouvernement a tenu ce mardi 3 septembre 2019, le premier Grenelle contre les violences conjugales en présence du Premier ministre, Edouard PHILIPPE, et de Marlène SCHIAPPA. Cet événement a réuni l’ensemble des acteurs impliqués (associations, familles et proches de victimes, parlementaires, avocats, magistrats, ministres et administrations centrales, professionnels de santé ou du logement, etc.).

Le Grenelle a pour ambition de permettre à tous les acteurs de se réunir et de confronter leurs idées afin de définir des mesures concrètes en faveur de la lutte contre les violences conjugales. Pour y parvenir, une dizaine de groupes de travail ont été organisés et une centaine de Grenelle seront organisés dans les territoires. Prévenir, protéger et punir sont les axes structurant de ce travail.

De plus des comités locaux d’aide aux victimes seront réunis par les préfets pour travailler sur le recueil des plaintes des victimes dans les hôpitaux, les mesures de renforcement pour mieux repérer et protéger les victimes de l’auteur de violences, ainsi que sur les questions de l’hébergement d’urgence.

L’ensemble des mesures seront présentés le 25 novembre prochain, à l’occasion de la journée internationale contre la violence à l’égard des femmes.

Des premières mesures très concrètes

De surcroît, des premières mesures très concrètes ont déjà été prises par le Premier ministre à l’issue du Grenelle :

  • Un audit sera réalisé dans 400 gendarmeries pour évaluer les dispositifs d’accompagnement mis en place ;
  • Désignation d’un référent spécialisé dans chaque tribunal français en métropole et en outre-mer. La première expérimentation aura lieu au Tribunal de Créteil ;
  • 1 000 nouvelles places d’hébergement seront créées ;
  • Le bracelet électronique sera posé dans les 48h suite au prononcé de la mesure. Ce dispositif fera l’objet d’une loi présentée à l’automne avec un financement à compter de 2021 ;
  • La garde parentale du père sera limitée voire suspendue de plein droit en cas d’homicide volontaire
  • Généralisation du dépôt de plainte à l’hôpital
  • mise en place d’une adresse mail permettant à toutes et tous de participer à cette grande mobilisation. Vous aussi contribuez en écrivant à grenelle@pm.gouv.fr

La lutte contre les violences faites aux femmes nous concerne toutes et tous ; elle doit résulter d’une mobilisation de la société toute entière. La place et le traitement réservés aux femmes dans une société témoigne de son équilibre, ou de son dysfonctionnement. Je serai particulièrement vigilante à ce que les travaux engagés à l’occasion de ce Grenelle contribuent concrètement à mieux protéger les femmes mais surtout à les aider à prendre pleinement leur rôle dans notre société.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *