Depuis 18 mois nous œuvrons à réparer l’ascenseur social

Je me suis engagée aux côtés d’Emmanuel Macron pour réduire les inégalités et c’est pour cela que je le soutiens plus que jamais. On ne résout pas 40 ans d’hésitation et de manque de courage politique en un coup de baguette magique. Nous avons été élus pour porter la transformation de notre pays. Nous n’avons jamais dit que ce serait simple, nous n’avons jamais dit que ce serait rapide, mais nous y sommes déterminés. En 18 mois nous avons accomplis plus qu’aucune des précédentes majorités présidentielles, pour les plus vulnérables, pour relancer l’économie et pour l’environnement. Car au-delà de clichés et de la désinformation, quelle est la réalité de notre action ?

La réalité est qu’en 2018 les taxes diminuent et que le pouvoir d’achat augmente en France alors qu’il s’était érodé significativement depuis 10 ans. La réalité est que la suppression de la taxe d’habitation, impôt injuste qui pénalise davantage les classes moyennes et populaires, représente un gain moyen de 200€ dès cette année. La réalité est que le travail paye déjà mieux grâce à la suppression des cotisations salariales qui représente un gain net de 264€ par an pour un salarié au SMIC, ainsi qu’à l’augmentation de 20€ de la prime d’activité, que nous porterons à 80€ d’ici la fin du quinquennat. La réalité est que l’économie française s’assainit, que le niveau d’investissement en France atteint des niveaux record, ainsi que le nombre de CDI. La réalité est que nous investissons de manière massive dans l’éducation et la formation avec le dédoublement des CP et CE1 dans les zones d’éducation prioritaire et un budget de 5 milliards d’Euros pour la formation et l’apprentissage afin de répondre au premier frein à l’embauche qui est désormais le recrutement. Réussite éducative, formation et l’accès à l’emploi sont les moteurs de la remise en œuvre de l’ascenseur social républicain.

La réalité est encore que nous avons supprimé la cotisation sécurité sociale des étudiants, gain pour eux de 217€, que nous avons augmenté le niveau de protection sociale avec une prise en charge à 100% des prothèses dentaires, auditives ou optiques, que nous avons augmenté le minimum vieillesse et l’allocation adulte handicapé. La réalité est que nous sommes également clairement engagés pour que la France atteigne la neutralité carbone en 2050 et que nous accompagnons chacun pour y parvenir, notamment avec une augmentation du chèque Energie augmenté de 150€ à 200€ et la prime de reconversion pour les chaudières et les voitures.

La réalité est ainsi que nous œuvrons sans relâche à remettre la France en marche et à répondre aux grands défis de ce monde, que nous luttons très concrètement pour les plus vulnérables et contre l’inégalité des chances et contre l’assignation à résidence.

Bien sûr il nous faut faire encore davantage pour revaloriser les salaires et lutter contre les inégalités sociales. Je sais que ces revendications sont au cœur du mouvement des Gilets jaunes et je les entends et les comprends. Mais nous n’arriverons à rien dans le climat de tensions et de violences actuel.

Aussi je condamne avec la plus grande fermeté les responsables de violences et de dégradations commises pendant les récentes manifestations ainsi que l’irresponsabilité des personnalités publiques qui encouragent et cautionnent les violences. Ce n’est pas le gouvernement qui attise la violence mais les appels à la haine des démagogues des deux extrêmes pour qui détruire est plus facile que de construire. De même, j’appelle à la raison les oppositions qui ont laissé la fracture sociale se creuser dans notre pays pendant des décennies et qui en laissant libre cours à leur esprit de revanche ne font aujourd’hui que tirer sur l’ambulance. J’appelle tous les responsables politiques nationaux comme locaux à assumer leurs responsabilités, à condamner sans ambiguïté les violences et à travailler de manière constructive pour trouver les meilleures réponses aux attentes des Français.

Contrairement aux agitateurs et aux prêcheurs de haine et de chaos, le gouvernement et la majorité à laquelle je participe ont fait le choix résolu de reconstruire notre pays, pas de le mettre à feu et à sang. Cela ne peut se faire que par le dialogue. Le dialogue républicain et citoyen doit être au cœur de la démocratie. Je me tiens à la disposition de quiconque souhaite y contribuer.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *