Décès de Jacques Chirac : un temps d’union nationale comme locale

Jacques Chirac compte parmi les hommes politiques qui ont marqué la politique française par-delà les courants politiques et les générations, dont la mienne.

Certes tombeur de Lionel Jospin en 2002, mais surtout leader du Front républicain face au Front national et plus encore du Vieux monde face à la guerre inique en Irak en 2003. Et puis aussi homme affable et sympathique dont les anecdotes savoureuses ponctuent encore aujourd’hui notre imaginaire politique, sans doute aidé il faut le reconnaître par les Guignols de l’info qui ont avant l’heure su reconnaître et souligner le caractère immortel du président Chirac.

Ce n’est ainsi pas si étonnant de voir l’unanimité des réactions que suscite le décès de Jacques Chirac, y compris dans des municipalités comme Grenoble qui ne revendiquent pas à priori son héritage politique, mais qui vont jusqu’à proposer de nommer en sa mémoire un lieu emblématique de la ville.

Jacques Chirac nous invite ainsi comme en 2002 à un temps d’union nationale, loin de calculs politiques qui ne l’effrayaient pas pour autant, à un temps de recueillement et d’hommage à l’homme d’Etat qu’il était.  Toutes mes pensées à sa famille et à ses proches.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *