Réforme des retraites : oui, mais…

Je le disais en amont des annonces du premier ministre, je serai exigeante pour la réforme des retraites et vigilante à ce que la réforme qui sera adoptée par le parlement œuvre concrètement à atteindre les objectifs de simplification, de pérennisation et de plus d’équité de notre système. Je maintiens qu’il est nécessaire de réformer notre système de retraite. L’immobilisme est le plus grand risque pour l’avenir de nos retraites et une cause du maintien des inégalités du système actuel.

A la lecture des propositions du premier ministre, je salue ainsi la confirmation de la volonté d’établir un système universel, dont la répartition reste le principe fondamental et où chaque heure travaillée est prise en compte. Il me semble également que les mécanismes d’établissement de la valeur du point par les partenaires sociaux, sous contrôle du Parlement et son indexation aux niveaux des salaires et non à l’inflation sont des éléments permettant d’assurer la confiance dans ce nouveau système.

Je tiens à saluer également les mesures prises en faveur des femmes : la prise en compte (enfin !) de la maternité à 100%, et la valorisation des droits à chaque enfant afin que les femmes ne soient plus pénalisées par le fait de devenir mère. Dans le même esprit il faut souligner les mesures visant à davantage de redistribution entre les Français les plus riches qui cotiseront davantage au bénéfice de ceux dont les salaires ont été les plus modestes, avec la revalorisation à 1000€ du minimum retraite pour les travailleurs au SMIC. Encore, la prise en compte de la pénibilité dans la fonction publique, tout particulièrement à l’hôpital, est aussi une avancée importante de justice sociale.

Je regrette néanmoins que le gouvernement ait introduit la notion d’âge pivot qui de facto vient en contradiction avec le programme pour lequel je me suis engagée en 2017 et la promesse de ne pas repousser l’âge de départ à la retraite. Je comprends l’impératif d’équilibre financier du système mais il ne peut se faire au détriment de ceux qui ont cotisé leur dû et aspirent à leur retraite, notamment après une carrière longue ou éprouvante.

Je veillerai ainsi lors des débats à l’Assemblée, à ce que l’esprit d’équité de la réforme s’applique en tout point.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *