Consulter et mobiliser les acteurs de l’hydroelectricité pour soutenir la filière

La situation chez General Electric Hydro à Grenoble m’a conduite à découvrir cette filière remarquable qu’est l’hydroélectricité.
Afin de mieux embrasser les enjeux de la filière hydroélectrique et d’identifier les moyens de la soutenir, j’ai entamé depuis le mois de novembre une série de consultations de ses acteurs, à Paris et à Grenoble : exploitants de petites centrales (EAF, France Hydro), responsables des grands producteurs (dont le directeur de la production hydroélectrique chez EDF mais aussi la CNR et GEG), ainsi qu’industriels et bureaux d’étude.
J’ai reçu ce jeudi à ma permanence les acteurs locaux de la filière, en présence de Didier Rambaud, sénateur de l’Isère, et, en visioconférence depuis l’Assemblée Nationale, d’Olivier Véran et Jean-Charles Colas-Roy, députés des 1ère et 2ème circonscriptions de l’Isère. Mes collègues parlementaires sont en effet également sensibles et attentifs à la situation chez General Electric et à l’avenir de la filière hydroélectrique. Enfin, j’ai visité aujourd’hui deux sites emblématiques de notre territoire : le chantier de Romanche-Gavet et la centrale de Grand Maison.
La centrale souterraine de Gavet est le second plus grand chantier hydroélectrique d’Europe. L’estimation initiale de son coût s’élève à plus 250 millions d’Euros. Grâce à une galerie de 10 km creusée dans Belledonne, elle permettra à terme de remplacer six centrales plus anciennes construites sur la Romanche et d’augmenter la production totale de 35%. Sa production électrique pourra répondre aux besoins d’une population de 230 000 habitants. Ce chantier est aussi un modèle de compatibilité avec les exigences environnementales. La prise d’eau est équipée de dispositifs garantissant le passage des poissons et la continuité écologique. La plupart des anciens barrages seront arasés pour redonner à la rivière son équilibre naturel. Par ailleurs, ce projet colossal illustre le potentiel de développement de l’hydroélectricité, y compris pour les grandes installations.
La centrale de Grand Maison, exploitée également par EDF, est la plus puissante de France. En trois minutes elle peut produire l’équivalent de deux tranches nucléaires. En période de faible demande d’électricité elle utilise le surplus de production présent sur le réseau pour remonter l’eau dans le barrage amont grâce à ses turbines-pompes. Cette centrale mythique des Alpes illustre parfaitement le rôle fondamental de l’énergie hydraulique pour la régulation du réseau électrique. L’hydroélectricité est en effet la seule énergie qui puisse se stocker naturellement.
L’hydroélectricité est ainsi indispensable à la régulation de notre système électrique comme à la transition énergétique. Des pays tels que l’Australie, qui ont misé essentiellement sur les énergies intermittentes que sont l’éolien et le solaire, se sont trouvés récemment en situation de blackout grave. Le soleil et le vent sont de fait des ressources irrégulières. Des pays pourtant très arides comme l’Egypte, l’Arabie saoudite ou les Emirats arabes unis, ont investi eux dans des centrales hydroélectriques équipées de la technologie de transfert d’énergie par pompage (STEP). Le rôle essentiel de l’hydroélectricité pour l’équilibre des réseaux électriques est reconnu partout dans le monde.
General Electric est l’un des leaders de la technologie de turbines-pompes. Il est aussi en charge de l’installation des générateurs de la centrale de Gavet et de la maintenance de la centrale de Grand Maison. General Electic est le fournisseur de générateurs et d’alternateurs de Grand Maison et en assure la maintenance. Il est aussi le fabriquant de ses turbines sur mesure. C’est dire l’importance de cette entreprise héritière du savoir-faire historique d’Alstom et de Neyrpic mais aussi la responsabilité qui est la sienne dans la réussite des projets en cours et dans l’avenir des installations existantes.
La situation chez General Electric Grenoble révèle que le marché est à présent mondial, que les technologies sont matures et que les équilibres économiques et financiers sont fragiles de par deux contraintes principales : les prix bas de l’électricité et les contraintes réglementaires.
A l’issue de mes consultations et visites de sites qui se poursuivront jusqu’au mois de février prochain, je réaliserai un rapport d’information faisant état de mes constats et suggestions pour souligner l’importance de la filière dans le mix énergétique et proposer un certains nombres de mesures qui pourront l’accompagner.