[30/05/2018] – Le Dauphiné Libéré – Les députés isérois dénoncent la “démagogie” d’Éric Piolle

En écrivant au procureur de la République pour clamer sa culpabilité d’avoir aidé des migrants, Éric Piolle, le maire de Gre­noble, a souhaité créer du débat, alors que la loi asile et immigration adoptée le 22 avril à l’Assemblée natio­nale va bientôt passer au Sé­nat.

Et si par “débat” il enten­dait “forte crispation” voire “colère” dans les rangs des députés isérois de la Répu­blique en marche, alors il a atteint son objectif.

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Olivier Véran et Émilie Chalas sont très re­montés, sur le fond comme sur la forme.

Émilie Chalas, d’abord, qui est commissaire aux lois : « Dans la même semaine, le maire de Grenoble conteste deux décisions de justice, la votation citoyenne et la loi asile et immigration, tout porte à croire qu’il s’est trom­pé de mandat, s’il veut faire les lois, il aurait dû être dépu­ té. Il veut créer du débat ? Mais il a déjà eu lieu, il n’a jamais voulu nous rencon­trer. C’est tout simplement un coup de com’ supplémen­taire. Il soutient Cédric Herrou alors que celui-­ci a été condamné non pas pour as­sistance à personne en dan­ger, mais pour avoir fait en­trer illégalement des mi­grants, et ce, à plusieurs reprises. Cet homme reçoit la médaille de la Ville de Gre­noble alors qu’il crée son par­cours sur le dos des migrants.