[18/10/2018] – Libération – Piolle en position latérale d’insécurité

Sous le feu de critiques virulentes sur la criminalité dans sa ville, l’édile écolo amorce une politique plus volontariste. Mais l’opposition fait déjà de ce point un enjeu des municipales.

[…]

«Manque de réalisme»

Début 2018, la candidature de Grenoble à la première vague de ZRR, présentée avec Echirolles et Saint-Martin-d’Hères, deux villes voisines gérées par les communistes, n’avait pas été retenue, provoquant déception du côté des maires et choc au sein d’une police à bout de forces. Emilie Chalas, députée LREM de Grenoble, en avait aussitôt profité pour pointer le «manque de réalisme» du maire sur les questions de sécurité. Pour l’élue, le ministère avait sanctionné les positions de Piolle contre la vidéosurveillance et l’armement de la police municipale. En coulisses, on s’interrogeait aussi. En ne choisissant pas Grenoble dès 2018, Gérard Collomb n’aurait-il pas fait payer à Eric Piolle ses déclarations sur l’accueil des migrants, le cannabis, le Lyon-Turin ou la politique d’Emmanuel Macron ?

lire plus