[10/08/2018] – Le Dauphiné libéré – Nous attendons une réaction ferme du maire de Grenoble

Les députés Émilie Chalas et Olivier Véran (La République en marche) ont également réagi, hier après-midi, dans un communiqué commun. Et en ciblant un peu, beaucoup, le maire de Grenoble Éric Piolle et son équipe municipale : “L’intenable devient insupportable, aussi, il faut agir sans délai […] Nous devons être à même de porter une politique ambitieuse pour restaurer la sécurité au sein de notre Métropole et de sa ville-centre. Nous attendons une réaction ferme du maire de Grenoble. Il est temps que l’équipe municipale sorte de son incompréhensible déni. Il n’est plus acceptable d’entendre pour seule réponse du maire de Grenoble : « La sécurité, c’est pas moi, c’est l’État ! » La sécurité et la prévention de la délinquance font évidemment intégralement partie des compétences du maire, sinon à quoi bon conserver une police municipale ? Il est de nombreux leviers encore dont dispose une municipalité pour contribuer à la sécurité de ses habitants, de l’aménagement des espaces publics aux mesures de prévention et d’action sociale, sans oublier bien sûr la vidéosurveillance et la gestion de l’éclairage public. Ces engagements sont indispensables à l’action des forces de l’ordre et permettraient de réunir les conditions de mise en place de la police de sécurité du quotidien sur le territoire, que nous appelons tous de nos vœux […] Nous renouvelons notre main tendue à l’équipe municipale pour travailler de concert et de manière transpartisane, en lien avec les services de l’État pour répondre à une situation d’une extrême gravité. Nous devrons en considérer l’ensemble des enjeux, de court et de long termes, y compris la question cruciale du désenclavement social et économique de nos quartiers. Donnons à nos jeunes la sécurité et les perspectives d’avenir qu’ils méritent !”

lire sur le site du Dauphiné libéré