[05/10/2018] – Le Dauphiné libéré – Diminution de l’offre TGV entre Paris et Grenoble : la députée Chalas va alerter la ministre des Transports

La députée Émilie Chalas (LREM) réagit aux annonces de diminution de l’offre TGV entre Paris et Grenoble, à compter du 9 décembre : “À ce jour, toutes les métropoles de France ont une ligne à grande vitesse, effective ou programmée ; il n’y a aucune raison pour que le bassin de vie grenoblois souffre du renoncement des élus locaux depuis des années. Le dynamisme économique et le rayonnement de la métropole en dépendent […] J’ai ainsi appris avec consternation le projet de la SNCF de réduire de plus de 10 % le nombre d’allers-retours entre Grenoble et Paris ! […] Je dénonce ainsi cette décision et vais avec mes collègues parlementaires LREM de l’Isère alerter la ministre Élisabeth Borne et saisir Guillaume Pepy, président de la SNCF, pour que soient pris en compte les besoins de l’agglomération grenobloise.”

… et son collègue Véran lance un appel à la mobilisation des élus

Le député Olivier Véran (LREM) condamne lui aussi ce projet de diminution de l’offre TGV entre Paris et Grenoble : “Je déplore une décision prise sans concertation ni explication et appelle les élus locaux du bassin grenoblois, et plus largement de la région Auvergne-Rhône-Alpes, à s’opposer à cette suppression, quand bien même elle serait compensée par une capacité supplémentaire pour les 8 autres trajets quotidiens reliant Grenoble à Paris. Je m’interroge sur la pertinence de la suppression des trajets Grenoble/Paris de 7 h 16 et Paris/Grenoble de 6 h 41. Au-delà de la fréquentation réelle et constatée de ces deux trajets, cette décision contreviendrait à l’attractivité de la métropole grenobloise et nuirait à la connexion entre Grenoble, Lyon et Paris. J’interpellerai prochainement la direction de SNCF Mobilités Auvergne-Rhône-Alpes, la direction de SNCF, ainsi que la ministre des Transports.”

lire en ligne