Revue de presse

Une rénovation de la haute fonction publique du sol au plafond : c’est la mission confiée à l’avocat (et ancien énarque) Frédéric Thiriez. Son groupe de travail a donc étudié la question sous trois axes : le recrutement, la scolarité et la carrière. De quoi faire trembler dans les sphères du pouvoir et de la haute administration. Les premières décisions, avant le lancement de la réforme, ne sont pas attendues avant avril. […]

Aujourd’hui, le Président peut compter sur plusieurs ministres, dont le secrétaire d’Etat Olivier Dussopt, qui sera a priori chargé de la mise en musique mais aussi sur une large part de la majorité. « Beaucoup de collègues LREM sont favorables à la transformation. Souvent issus de la société civile, avec parfois, c’est vrai, quelques clichés sur la haute fonction publique, ils veulent oxygéner l’administration », assure Emilie Chalas, députée de l’Isère et rapporteure du projet de loi sur la fonction publique. A Matignon, Edouard Philippe, que l’on décrit « soucieux de ménager les grands corps », aurait une approche « moins radicale » que son patron. Mais, officiellement, chacun le sait, pas une feuille de papier à cigarette ne peut être glissée entre les deux hommes…

Lire l’article en intégralité